S’envoyer en l’air pour ses 18 ans !

Quand on décide d’avoir un enfant, on saute dans le vide. On ne sait pas ce qui nous attend et cela demande une grande dose de courage. On se sent alors chamboulée par de grandes émotions : le doute et parfois même la peur.

Pour célébrer le passage de mon fils vers la vie adulte, je me lance avec lui dans le vide, pour revivre ces toutes premières émotions qui m’ont menée à lui.

C’est le grand jour. On fait la rencontre de nos guides. Ceux à qui on va confier nos vies pour un saut en tandem : Greg et Cassy.

« Alors, c’est aujourd’hui que tu t’envoies en l’air avec un français ! » me lance Greg. J’adore ! On enfile les combinaisons et il nous explique les procédures. Je sens monter en moi le trac. Mais ce qui domine est surtout l’excitation de ce qui m’attend. Je sens mon fils fébrile. J’aime le voir avec ses grands yeux brillants.

On s’avance vers la piste. Le petit avion est là, le ventre ouvert, à nous attendre. On fait la rencontre des six autres sauteurs qui vont plonger dans le ciel en solo. On grimpe dans l’avion. On décolle. Le trac monte encore d’un cran. Je regarde les nuages et je me dis que je vais bientôt aller les rejoindre. On monte de plus en plus haut. On aura bientôt atteint la hauteur optimale. Greg vérifie son altimètre. À cheval sur le banc métallique de l’avion, il me répète les consignes. Cela semble bien simple, mais sous le coup de l’émotion, vais-je m’en rappeler ? J’entends résonner le bruit métallique de la porte de l’avion qui s’ouvre. Mes sens sont à vif. « Qui veut sauter en premier ? Demande Cassy. Arnaud ou Liane ? » Fais sauter Arnaud en premier, dis-je. Comme ça, c’est certain que je vais suivre ». Comment pourrais-je rester dans l’avion quand mon fils fonce dans le vide ? On met les lunettes en place et on se laisse glisser vers l’antre du ciel.

Rendue au pas de la porte de l’avion, grande ouverte sur le vide, je me sens alors comme avant les quelques secondes qui ont précédé mon accouchement. Trop tard pour reculer, la peur au ventre, l’excitation au cœur et le corps prêt à foncer. Advienne que pourra, je me lance !

Le grand vent me frappe au visage. Mes poumons doivent gérer cette immense quantité d’air. Je prends la position qu’on a répétée. Je gère, je gère l’air. Je me sens étouffer. Oui, c’est vrai, Greg m’a dit de crier pour aider à mieux respirer ! Haaaaaaa! Le son me rebondit au visage. Le ciel défile dans ce trop-plein d’oxygène. Et tout à coup, le silence, la douceur, le ciel s’est calmé. Le parachute vient de s’ouvrir. J’admire, je me laisse bercer par le vent. Wow, quelle sensation! Ces quelques minutes sont magiques. J’envoie la main à mon fils entre le ciel et la terre. Entre sa vie d’enfant et sa vie d’adulte.

On atterrit en douceur sur la terre ferme ! Ce rite de passage est réussi. Bonne fête, Arnaud. Bienvenue dans la vie d’adulte !

Pour en savoir plus sur le centre de parachutisme Adrénaline