Comment mettre l’immensité dans une petite boîte?

Je suis dans l’autobus et ma sœur et moi sommes assises tout au fond. Les guides prennent les présences. Je manque d’air et je trouve qu’il fait trop chaud. Je me sens coincée et j’ai mal au ventre… « Comment vais-je faire pour marcher pendant six heures? » me dis-je. Pourquoi ai-je dit oui à cette activité?

L’autobus fonce vers l’infini. Je me demande où on s’en va. Ça doit être au fond, là-bas. Mais non, ce n’est pas là. L’autobus traverse des rivières.  « Ah! Voilà les routes F qu’on ne peut prendre qu’en véhicule tout terrain. Au moins on aura vu ce que c’est même si la voiture qu’on a louée ne nous permet pas de prendre ces routes. »

Après deux heures d’autobus, nous voilà enfin arrivés. J’ai l’impression d’être au bout du monde. Nous sommes à la montagne Landmannalaugar.  Notre guide se présente. Il s’appelle… Hum, je n’arrive pas à le prononcer ! C’est même impossible de répéter son nom dès qu’il nous le dit.  On lui demande si son nom signifie quelque chose. Il explique que ça veut dire montagne. Ça tombe bien : on s’en va en escalader une ! On lui dit alors qu’on va l’appeler « Montagne ». Il rit.

Je ne me rends même pas compte que je marche. Je suis fascinée par ce que je vois : des montagnes à perte de vue, de la neige, des couleurs qui s’harmonisent si bien. Je veux marcher, marcher pour en voir plus. Je sens monter en moi une fougue, une énergie incroyable. Comme si je me dirigeais vers le grenier du ciel où sont entassées toutes les récoltes de la terre.

Je demande à « Montagne » ce qu’il fait comme travail le reste de l’année. Il est guide d’escalade de glace pendant l’hiver et guide en montagne l’été. « On peut dire que tu as un beau bureau», lui dis-je. Il rit. Je l’envie d’être toujours dehors. De voir l’immensité, l’infini. Sa clientèle : des touristes avec des étoiles dans les yeux qui lui disent à quel point il est chanceux de faire ce travail. On redescend. Je ne me sens nullement fatiguée. Au contraire, je suis revivifiée. Au passage, on croise des chevaux qui méditent en regardant les montagnes. Dos au vent, ils profitent des derniers rayons de soleil. Je me dis que ça doit être les chevaux les plus heureux du monde.

Pour finir la journée, on nous invite à aller dans l’étang pour nous baigner. C’est un lieu intouché par l’homme. Un étang dans lequel se jette une source d’eau chaude. Je regarde les gens qui se font tremper avec moi. Ça placotte, ça parle, ça rit. On entend toutes sortes de langues dans ce bain international. On se sourit tous, car on partage quelque chose de commun : l’émerveillement et la fascination. Tout est si immense autour de nous. Je prends des photos pour ne pas oublier. Je regarde les images. Non, ce n’est pas ça. Comment faire pour mettre l’immensité dans une petite boîte ?

De votre côté, avez-vous déjà vu l’immensité et l’infini de près?

liens: 

 Vidéo dans laquelle je cherche à expliquer comment on se sent dans la montagne

Baignade internationale dans une source chaude

 

 

 

2015-12-31-13-56-08-1
Liane Simard

Liane Simard

Il y a plusieurs années, j’ai écouté un reportage à la radio qui expliquait comment de nouvelles façons d’organiser le travail allaient se développer dans le futur. Grâce à Internet, les gens ne seraient plus forcés d’être cloués à leur bureau pour travailler. De nouveaux nomades parcourent le monde munis de leur ordinateur portable et de leur téléphone cellulaire, travaillant ainsi d’un peu partout dans le monde. Cette idée m’avait beaucoup séduite, mais le tourbillon de ma vie de coach d’acteurs sur les plateaux de télé et de maman battait alors son plein… Quelques années plus tard, j’ai commencé à m’intéresser aux maisons autonomes off the grid et au concept de l’autonomie alimentaire. Ayant toujours été travailleure autonome et, plus récemment, entrepreneure, cette idée d’autonomie quasi complète a trouvé écho en moi. J’ai eu envie d’avoir ma tiny house, nichée sur son petit coin de terre et d’y faire pousser des légumes. J’ai ensuite découvert la voile, sorte de petite maison autonome qui peut parcourir le monde. Ce blogue est le premier pas vers la concrétisation de ces idées et de ce mode de vie.

Laisser un commentaire